webleads-tracker

Retranscription audio en texte | discours François Hollande | Authôt
Exemples de transcriptions

Retranscription audio de la Conférence de François Hollande du 13 novembre

Authôt retranscrit de la parole à l’écrit toutes vos conférences !

Cette retranscription de la conférence du Président François Hollande a été générée automatiquement par notre système innovant, qui permet de transcrire sans effort et en toute simplicité le contenu d’un enregistrement audio ou vidéo.
 
Libre à vous de l’exploiter pour votre activité ! En savoir plus.
 
PS : Nous sommes une start-up française qui cherche à se faire connaître, n’hésitez pas à partager cette démonstration. 🙂 

 

Retranscription de la Première partie (15min14)

Conférence Président Hollande – 1

 

Monsieur le Premier ministre Mesdames et Messieurs les ministres mesdames et messieurs les journalistes de la presse française de la presse international je tiens aujourd’hui la première conférence de presse du quinquennat je n’ avais pris l’ engagement durant la campagne présidentielle il était tout ça rendre compte régulièrement tous les six mois de l’ action que j’ aurais à conduire pour le pays je fais aujourd’hui ce débat l’ engagement qui était le plus difficile à tenir et depuis le quinze mai et bien d’ autres ont été respectés avant même les élections législatives tout ce qui pouvait être pris par décret l’ a été la réduction de trente pour cent des rémunérations du président et des membres du gouvernement que le plafonnement des salaires des dirigeants des entreprises publiques la création en urgence d’ emplois de postes dans l’ éducation nationale l’ augmentation de vingt cinq pour cent de l’ allocation de rentrée scolaire le relèvement du SMIC et le droit à la retraite à soixante ans pour celles et ceux qui avaient commencé tôt leur vie professionnelle au début du mois de juillet et le Parlement enfin renouvelé a pu commencer son travail et il a d’ ores et déjà adopté des textes importants notamment le rétablissement progressif des comptes publics à travers le projet de loi de financement pour deux mille douze mais c’ est aussi la préparation de la loi de finances pour deux mille treize la lutte contre la vie chère en outre mer le renforcement des dispositions contre le terrorisme les emplois d’ avenir et le traité budgétaire européenne mais une politique n’ est pas une accumulation deux propositions de mesures aussi forte soit -elles n’ est pas une addition de réforme aussi utile soit -elle n’ est même pas une comptabilité de promesses aussi respectée soit -elle une politique c’ est une réponse cohérente et fort à la situation du pays alors qu’ elle est elle cette situation élégant là et je ne veux pas forcer le trait à dessein j’ avais dit d’ ailleurs dans la campagne quelles étaient les difficultés qui pouvaient nous attendons et elles étaient grandes et les pâtes utile ici de revenir sur les responsabilités du passé le constat suffit et il est implacable la dette publique dépasse quatre vingt dix pour cent de la richesse nationale et a grossi de six cents milliards en cinq ans le chômage est en hausse continue depuis dix-sept mois la croissance est à l’ arrêt depuis près de deux heures le décrochage productif est incontestable dès lors que la France figure au dix-septième rang pour son industrie de la zone euro il y a aussi cette perte continue de compétitivité depuis dix ans une alternance change le pouvoir mais elle ne change pas la réalité je comprends donc l’ inquiétude des Français face à la crise et de doute qu’ ils peuvent eux- mêmes exprimée par rapport à la capacité d’ une politique de la surmonter cette crise mais la seule question qui vaille à mes yeux la seule ce n’ est pas l’ état de l’ opinion aujourd’hui c’ est l’ état de la France dans cinq ans ma mission elle est simple c’ est de parvenir à redresser la croissance et réduire le chômage et c’ est sur ces résultats c’ est seuls résultat que je demande à être jugé par les Français alors pourquoi j’ ai voulu avec le gouvernement de Jean-Marc Ayrault relever les trois défis majeurs que sont la réorientation de l’ Europe le désendettement de la France et la compétitivité de l’ économie je l’ ai fait sans perdre de temps tout simplement parce que nous n’ en avons plus je suis le cerveau au début d’ un quinquennat mais au bout d’ une décennie il y a eu le tort de proclamation et si peu de traductions or nous sommes la France un pays majeure en Europe une nation attendu dans le monde un homme qui a des valeurs et qui en est fier des références et un modèle dans une France affaiblie ce serait aussi une Europe impuissante or nous vivons bien plus qu’ une crise que nous vivons un changement du monde c’ est pourquoi depuis six mois j’ ai fait mes choix et je m’ y tiens sans avoir trop sans avoir à prendre je ne sais quel détour non je ne sais quel virage car ses choix sont conformes a mes engagements à mes principes et surtout aux intérêts de la France le premier de ses choix c’ est la réorientation de l’ Europe j’ ai consacré toute mon énergie depuis le premier jour où je me suis installé ici à l’ Élysée et le premier rendez -vous le rendez -vous majeur si je voulais que l’ on sorte enfin de cette crise lancinante de la zone euro c’ était le conseil européen de la fin du mois de juin c’ est là que s’ est noué une nouvelle orientation de l’ Europe le pacte de croissance cent vingt milliards d’ euros le mécanisme de stabilité qui a permis à la Banque centrale européenne est de redéfinir ses interventions et ainsi d’ apaiser les marchés je aurait une solution utile à la crise de la dette publique c’ est donc une nouvelle donne qui s’ est distribuée en Europe et c’ est par rapport à cette nouvelle donne que j’ ai demandé au gouvernement de saisir le Parlement du traité de budgétaire européen je considérais à ce moment -là qui avaient pu être complétés et donc renégocier c’ était l’ intérêt de la France et c’ était l’ intérêt de l’ Europe la deuxième étape sans doute plus discrète s’ est joué le dix-huit octobre dernier avec l’ Union bancaire c’ est à dire la supervision des banques ces banquiers avaient été à l’ origine de la crise aux états-Unis puis en Europe avec un mécanisme de résolution qui demain permettra la recapitalisation directe des banques par le mécanisme européen de stabilité nous y sommes parvenus cela prendra encore du temps mais le chemin a été ouvert dans la même période il chez du lieu enfin faire introduire la taxe sur les transactions financières jeudi enfin parce que l’ idée courait depuis longtemps mais qu’ il fallait trouver onze pays dix pays avec la France pour faire cette coopération renforcée cette taxe pourra voir le jour dès le début de l’ année prochaine elle permettra non seulement de faire face à la finance modestement mais aussi de financer le développement je n’ ai pas pourtant terminée par rapport à ses missions reste toujours la question de la Grèce Le Parlement grec vient d’ adopter un nouveau plan dure avec une réduction des déficits la Grèce a de recevoir le soutien de l’ Europe et du Fonds monétaire international ce soutien qui lui a été promis je considère qu’ au-delà encore de quelques mises au point de modalités techniques ce soutien lui est dû pour en terminer aussi avec ce qui a pu être un doute sur l’ intégrité de la zone euro depuis six mois je me suis fixé un but de régler les questions lancinantes de l’ Europe de la crise de la zone euro avant d’ ouvrir d’ autres états d’ ici la fin de l’ année je m’ y tiens c’ est indispensable pour desserrer les bras qui pèse sur les pays qui ont engagé des plans d’ ajustement douloureux pour leurs populations séparation hilarité et non par l’ austérité sans fin que seront atteints les objectifs de réduction du déficit public par ailleurs un périlleux et c’ est pourquoi le second choix que j’ ai fait pour notre pays qui au nom de notre pays c’ est le désendettement j’ ai donc demandé au gouvernement de Jean-Marc Ayrault de mener à marche forcée le rétablissement des comptes publics pour respecter nos engagements européens a sûrement préserver notre souveraineté assurément pour faire face au marché également et notre crédibilité est aujourd’hui assurée les taux d’ intérêt sur notre dette publique qui sont parmi les plus bas de notre histoire ils ont même diminué depuis le six mai dans des tirs aucune conclusion je ne prive pas de ce commentaire Nous sommes à deux virgule dix pour cent de taux d’ intérêts sur la dette à dix heures et nous arrivent sur des échanges plus courte d’ avoir nous aussi des taux d’ intérêt négatifs nous avons même réduit l’ écart avec l’ Allemagne de près de quarante pour cent pour ceux qui s’ interrogent sur les rapports que nous avons avec l’ Allemagne et qui sont beaux j’ avais demandé avec Jean-Marc Ayrault au lendemain de mon élection un audit indépendant au premier président de la Cour des comptes Didier Migaud sur la perspective de nos finances publiques il n’ a pas tardé à nous donner sa livraison elle était sévère trois milliards devaient être trouvés en deux mille treize que fallait -il faire attendre espérait retardée nous avons pris et là encore des décisions trente milliards dix milliards d’ économie ce qui fait que c’ est un effort inédit qui est engagé pour trouver la la maîtrise de nos dépenses mais aussi vingt milliards je ai L’ annoncé aux Français et était pas la meilleure nouvelle au lendemain de l’ été mais c’ était mon devoir vingt milliards de prélèvements supplémentaires dix milliards sur les ménages dix milliards sur les entreprises c’ était la condition pour arriver à réduire le déficit budgétaire à trois pour cent ce qui était mon engagement pour deux mille trois j’ ai néanmoins veiller à ce que cet effort soit compensé par deux principes la justice en demandant aux plus favorisés de faire l’ essentiel du sacrifice et en limitant autant qu’ il est possible les prélèvements pour les plus modestes et le second principe c’ est l’ emploi tous les dispositifs en faveur des PME ont été préservés de toute contribution supplémentaire le budget pour deux mille treize représente la première étape de la réforme fiscale sur laquelle je m’ étais présenté devant les Français au nom de la justice cette injustice que de taxer de la même manière les revenus du capital et ceux du travail Justice Yossi de relever la plus hautes tranches du barème de l’ impôt sur le revenu à quarante cinq pour cent Barbara de plus de cent cinquante mille euros Justice de revenir sur un certain Denis a tout juste dix de revenir aussi sur la réforme de l’ impôt sur la fortune parce qu’ il est pas compréhensible que les plus gros patrimoines soient favorisés qu’ demander à ceux qui n’ en ont pas justice Yossi de solliciter ceux qui gagnent le plus plus d’ un million d’ euros soixante quinze pour cent au delà d’ un million d’ euros pour deux ans seulement c’ est fait la justice et je veux m’ en expliquer aussi devant les Français ce n’ est par une mise en accusation de ceux qui ont le plus et qui ont apporté autant qu’ il a été possible à leurs économies c’ est pas non plus une spoliation que demandait la solidarité la justice c’ est ce qui me permet de vivre ensemble et de rassembler tous les talents tous les entrepreneurs tous les actifs toutes les générations tout effort pour redresser notre pays et je ne montrait aucun groupe contre un autre et c’ est grâce à cet effort que nous avons menée en deux mille douze que nous savons engagé pour deux mille treize que pour atteindre l’ équilibre de nos finances publiques à la fin du quinquennat il sera possible de se tourner essentiellement du côté des économies budgétaires et non plus du côté des prélèvements

 

 

Deuxième partie (15min25)

Conférence Président Hollande – 2

la dépense publique atteint aujourd’hui cinquante sept pour cent de la richesse nationale ce chiffre nous dira pas forcément grand-chose aux Français cinquante sept pour cent de la richesse nationale sept et cinquante deux pour cent il y a cinq ans est ce que l’ on vit mieux pour autant est ce que l’ état est devenu plus juste plus efficace est ce que les prestations ont permis de réduire suffisamment les inégalités Nord donc il nous faut faire cette réforme réforme de l’ état notre organisation le nouveau système social pour qu’ il soit plus efficace plus juste qui l’ accompagne ceux ceux qui s’ ouvre aujourd’hui elles sont nombreux et notamment les demandeurs d’ emploi nous devons être capables de faire mieux en dépensant moins en modernisant l’ État décentraliser en en simplifiant les procédures en faisant autant d’ économie possible mais n’ a toujours pas chercher à trouver et chacun peut le faire lorsque il est responsables publics pour son organisation sur la ministre assurant son ministère j’ ai demandé au Premier ministre pour le quinquennat de conduire cinquante milliards d’ euros d’ économies sur cinq ans dix milliards par an et nous aurons aussi à financer le plan de compétitivité car j’ viens y si le désendettement c’ est le premier étage du redressement le second c’ est la compétitivité derrière ce mot il y a tout simplement l’ emploi le décrochage productif c’ est le mal français et les plans sociaux qui se sont accumulés et pour lesquels le gouvernement que déploie tout ce qu’ il peut pour y faire face c’ est le symptôme donc répondant aux décrochages productif c’ est la meilleure façon de dire aux ouvriers de notre pays que nous sommes à leurs côtés de lutter contre la désindustrialisation les délocalisations les désastres humains que représentent les fermetures d’ entreprises là encore j’ ai voulu que les décisions soient prises et dans le bon ordre un rapport a donc été demandé à Monsieur Gallois devenue aujourd’hui une référence nationale j’ en suis heureux car c’ est un homme de bien qui mérite toute notre estime que n’ a -t-on dit le commando un rapport pour ne pas l’ appliquer curiosité pourquoi se donner tant de mal pourquoi se faire autant de souffrances nous avons demandé un rapport c’ est pour qu’ il soit appliqué et d’ ailleurs ça n’ a pas tardé aussitôt remis aussitôt traduit vingt quatre heures pour réfléchir et surtout pour décider est ce ce qui a été fait ou par la proposition d’ un pacte un pacte c’ est le mot que j’ avais utilisé dans la campagne présidentielle un pacte oui pour rassembler le pays autour de la seule cause qui vaille c’ est à dire sur l’ avenir ce que je voulais avec le gouvernement s’ est donné et de la visibilité aux chefs d’ entreprise et ils en réclament et ils ont raison la sécurité aux salariés ils exigent au nom de leur droit à vivre aussi dans la sérénité la stabilité aux investisseurs pour qu’ ils fassent des choix du long terme et de la confiance aux consommateurs comme aux épargnants ce pacte vise à produire plus et mieux en France ce qui suppose un meilleur financement pour l’ exportation l’ investissement l’ innovation ce sera donc le rôle de la banque publique d’ investissement dotée d’ une force de frappe de quarante milliards d’ euros elle sera facile d’ accès les décisions seront rapides et prises au niveau régional dans quatre vingt dix pour cent des cas ce pacte pour la compétitivité et pour l’ emploi est tourné essentiellement pas seulement vers les PME pour les aider à se développer à grossir à se spécialiser il leur garantira pendant cinq ans la stabilité fiscale dans ces entreprises ont besoin ce pacte c’ est également un acte de préparation de l’ avenir atala des choix de grandes filières la santé l’ économie du vivant en première grande filière sur laquelle nous avons de l’ avance des technologies génériques nous avons des entreprises d’ excellence et la transition énergétique pour laquelle nous devons consacrer tous nos efforts parce que c’ est un enjeu de société ce pacte enfin c’ est un exercice de vérité sur le coût du travail qui n’ est pas tout mais qui est tout sauf en rien dans les échanges au niveau de l’ Union européenne c’ est pourquoi j’ ai remarqué vous le Premier ministre a annoncé un crédit d’ impôt pour la compétitivité et pour l’ emploi d’ un montant de vingt milliards d’ euros dont dix des et deux mille treize soit globalement un allégement de six pour cent de la masse salariale jusqu’à deux fois et demie le SMIC cette mesure qui a fait parler elle aura un effet immédiat dès le premier janvier puisque c’ est un crédit d’ impôt qu’ il faut pour toutes les entreprises et l’ exercice qui va s’ ouvrir ce crédit impôt sera simple sans aucune formalité est administrative il sera général toutes les entreprises sont concernées même celles qui ne payent pas l’ impôt sur les sociétés il sera rapide et efficace est supérieur à toute autre formule puisque les sociétés paieront d’ autant moins d’ impôts qu’ elles ont plus d’ emplois et plus de masse salariale allait faire plus compliquée on nous a demandé que nous avons fait plus simple ce n’ est pas un cadeau comme je l’ entends que l’ État fait c’ est un levier qui offre au système productif c’ est à dire aux salariés et aux ouvrières aux travailleurs de ceux qui font tous les jours la production d’ autres pays un moyen de traverser la crise voilà ce que je propose pour que les Français le sachent bien c’ est un pacte de confiance pour que l’ investissement soit préférée à la distribution de dividendes pour que l’ emploi soit réalisé en France plutôt qu’ ailleurs et pour que la richesse créée puisse être mieux répartie c’ est le donnant-donnant il est donc normal qu’ il y ait des contreparties elles seront démocratiques les salariés seront associés et leurs représentants entreront dans les conseils d’ administration dans les grands groupes et au niveau national les partenaires sociaux participeront à l’ évaluation régulière du dispositif sorties lieu il y a lieu de le compliquer c’ est cela l’ idée du pacte et j’ y aille que j’ y veillerai personnellement avait Vauvert rageur ça vous ici paraît -il un choc mais l’ économie LIN pas les chocs ce que demande les acteurs de notre économie c’ est au contraire de la visibilité de la stabilité et par des improvisations et pas simplement des mesures de circonstance ce pacte s’ étalera sur trois heures même si je l’ ai dit c’ est surtout en deux mille treize qui fera connaître son premier effet il en sera de même pour son financement parce que je n’ ai pas voulu affaiblir le pouvoir d’ achat des Français qui avaient déjà été sollicités dans le cadre du redressement budgétaire en deux mille quinze c’ eût été un paradoxe au moment où nous renforce selon l’ offre productive d’ affaiblir la demande et donc la croissance l’ offre sera donc consolidé et modernisé en deux mille treize sans que la demande en soit affectée les vingt milliards de crédits d’ impôts pour la compétitivité pour l’ emploi seront financés pour moitié par des économies et pour un tiers par la TVA par la refonte des taux de TVA devrait je dis et je vais m’ en expliquer le parlement sur la composition du gouvernement et donc la mienne annuler l’ augmentation massive du taux normal de TVA qui était prévue au premier octobre de cette année et qui aurait conduit la TVA passée de dix-neuf six à vingt et un virgule deux soit un prélèvement de treize milliards d’ euros au moment même nous nous demandions aux Français un effort pour le rétablissement des comptes publics j’ ai considéré que ce n’ était pas le moment d’ ajouter encore ce prélèvement à tout ce que je propose aujourd’hui avec le gouvernement c’ est une restructuration des taux de TVA d’ abord elle n’ interviendra cette restructuration qu’ au premier janvier deux mille quatorze ce qui veut dire qu’ en deux mille treize rien ne sera demandé aux Français cette augmentation sur le taux normal sera de zéro quatre dix-neuf six A vingt pour cent c’ est à dire quatre fois moins que ce qui avait été prévu par nos prédécesseurs elle sera accompagnée d’ une baisse de TVA en jouant sur le taux réduit de zéro cinq c’ est céder sur les produits de première nécessité pour que les catégories populaires ne soient pas affecté par l’ effort qu’ il convient de faire enfin cette refonte de la TVA permettra de régler une fois pour toutes la question de la TVA sur la restauration qui est un feuilleton français qui dure depuis des années qui a fait que s’ est passée de dix-neuf six un cinq cinq plaçaient avec des craintes que ce soit remonté à dix-neuf six ça sera dix pour cent et c’ est d’ ailleurs autour de dix pour cent que se trouvent les taux de TVA sur la restauration dans tous les pays européens une solution alternative aurait pu être Domo appel à ses yeux mais Sud c’ est à ce moment -là à prendre le risque de fausser la concertation voulue par le Premier ministre sur l’ avenir du financement de la protection sociale et notamment les cotisations sociales dont nous devons nous interroger sur le point de savoir si elles doivent reposer sur le seul facteur travail les partenaires sociaux ont donc toute liberté pour mener à bien cette discussion parallèlement le gouvernement ne remettra au printemps prochain dans le cadre du grand débat sur la transition énergétique des premières propositions sur la base de la fiscalité écologique qui vise à rendre plus responsables comportement également à réduire les inégalités sociales et plus tôt nous aurons ces propositions plutôt ne pourra pas appliquer cette fiscalité écologique enfin nous poursuivrons les réformes structurelles et parmi les réformes structurelles il y a les bons que j’ avais dit que la finance devait être remise à sa place c’ est d’ ailleurs financé l’ économie est plus que jamais aujourd’hui la création de la banque publique d’ investissement le relèvement du plafond du livret A contribue déjà à donner davantage de moyens le financement de l’ économie mais une nouvelle étape va être franchie d’ ici la fin de l’ année avec la présentation par le ministre de l’ économie et des finances au conseil des ministres de la loi bancaire elle séparera des activités de dépôt de crédit que les Français connaissent et qui les rassure le cellier et pas la spéculation qui les inquiète elle interdira roussi les produits toxiques et mettra de l’ ordre dans les rémunérations comme dans les bonus là encore nous avons besoin de banques qui eux soit au service des entreprises de l’ économie du logement et là encore nous appelons leur mobilisation parce que c’ est un enjeu national aussi de faire coller par des Français qui est plus grand que dans beaucoup de pays par rapport au revenu disponible soit pleinement affecté et davantage encore qu’ aujourd’hui à l’ investissement vous l’ avez compris toute ma stratégie toute ma politique c’ est une mobilisation contre le chômage c’ est pas la première fois qu’ un président de la République s’ adressant sûrement pas la presse fait cette promesse et des Français à juste raison ou sont sceptiques tant de promesses lors de discours où tout aurait été dit et où tout n’ aurait pas été tenté si tout a été dit mais tout n’ a pas été tenté et donc nous n’ acceptons pas cette progression continue du chômage un million de demandeurs d’ emploi supplémentaires sur le précédent quinquennat et le chômage aujourd’hui touche tous les territoires toutes les catégories à toutes les générations toutes les familles il en est il mène le chômage la confiance des citoyens dans leurs dirigeants sur mort mais aussi dans le pays et peut être même en de même alors ce sera la priorité du quinquennat ça sera ma responsabilité d’ abord de Nord toute sa place à l’ éducation nationale puisque là encore malgré toutes les difficultés budgétaires j’ ai veillé à ce que les engagements soient tenus pour deux mille trois

 

Troisième partie (10min24)

Conférence Président Hollande – 3

par un budget ce n’ est pas n’ importe quel buju qui progresse en deux mille trois mais ça sera long avant que l’ éducation nationale nous permettre d’ avoir les meilleures qualifications donc nous devons a dit agir et je le fais dans l’ urgence c’ est l’ idée des emplois d’ avenir pour les jeunes qui sont sortis du système scolaire sans qualification ils sont cinq cent mille aujourd’hui cent mille emplois l’ avenir seront créés en deux mille douze cent cinquante mille pardon en deux mille trois cent cinquante mille ensuite en deux mille quatorze deuxième candide et c’ est le contrat de génération je l’ avais présenté devant les Français durant la campagne sera a suscité quelques le scepticisme y compris même dans mais vraiment il faut convaincre d’ abord les siens que les autres et aujourd’hui le contrat de génération et de proposer aux partenaires sociaux pour la négociation et qu’ a -t-on vu un accord unanime c’ est à dire tous les syndicats tous les représentants des employeurs ont signé l’ accord sur le contrat de générations alors il va se mettre en place dans les prochaines semaines permettant à une entreprise qui embauche un jeune de recevoir une pleine dès lors que un aura a été mis à la disposition du jeune pour lui transmettre la formation l’ expérience et pour que le jeune lui -même enrichissent de Seigneur voilà on va éviter ce qui avait été longtemps l’ opposition des âges les hommes plus jeunes contre les plus anciens et on ne savait pas légal il faut l’ aider davantage encouragés pour que les autres soient chassés du marché de l’ emploi ça ne sera plus le cas à travers le contrat de génération mais le troisième rendez vous est le plus important après les emplois d’ avenir le contrat de génération c’ est la négociation sur la sécurisation de l’ emploi cette négociation s’ est ouverte cet automne je considère que c’ est la plus importante depuis longtemps s’ agit de donner aux salariés et aux entreprises plus de souplesse et plus de protection face aux aléas de la conjoncture de prévenir les plans sociaux et donc les licenciements et de former des salariés et de lutter enfin contre la précarité du travail la compatibilité c’ est pas simplement l’ innovation l’ accès au crédit le coût du travail la compétitivité c’ est aussi le dialogue social elle encore prendre des leçons de pays qui ne sont pas si étrange que cela c’ est donc un rendez -vous majeur est ce qu’ on en est capable parce que nos grands pays avec des forces sociales qui ont leur histoire nous pouvons nouer cette relation y a des moments dans la vie d’ une nation où ça se joue ou ça ne se joue pas ou plus moi j’ en appelle maintenant dès lors que le gouvernement a pris ses responsabilités à travers le pacte de compétitivité et d’ emploi j’ appelle donc toutes les organisations syndicales et je connais leur corps de la défense des salariés et les employeurs et je sais qu’ ils veulent eux aussi mettre à bien le développement du pays au mieux de leurs intérêts et de la nation et donc je les appelle à nous et cette négociation à la conclure et à faire ce compromis historique sinon le gouvernement reprendra là encore la décision mais plutôt que de légiférer alors même qu’ il n’ y aurait pas eu d’ accord je préfère que le Parlement transpose un accord qui serait historique et qui permettrait à notre économie de retrouver force et confiance est un nouvel état d’ esprit de l’ esprit d’ entreprise même que je veux promouvoir fondé sur la coopération de toutes les forces productives associant tous les acteurs les dirigeants des cadres des salariés des actionnaires voilà le changement le courage du changement qu’ il faut avoir la Messieurs je suis responsable de l’ avenir de la France je n’ ai reçu mandat j’ ai fait le choix du redressement je ne prépare pas le sort d’ une prochaine élection je prépare le sort d’ une prochaine génération je sais qu’ au delà des différences qui existent et qui n’ ont pas échappé depuis six mois sur le plan politique pouvoir compter dans ce combat -là sur le concours de beaucoup de nos concitoyens car notre République a du ressort et ses bases sont d’ abord sociales territoriales humaines la France ne se relèvera plus si elle sait se retrouver sur l’ essentiel rassembler les Français c’ est mon devoir d’ ensemble nous devons faire nations ça veut dire quoi faire nation ça veut dire faire bloc dans un moment particulier que nous le prouve bon si nous défendons nos valeurs celles de la république de la laïcité celle qui fonde notre existence commune et qui nous inspire alors qu’ ils sont pas négociable et qu’ il se on a aucune pression et aucune menace de quelques jours qu’ elle soit et le patriotisme et ne faut pas confondre avec le nationalisme étriqué patriotisme au fond nous mêmes si on le conçoit comme une ouverture comme un don et ce mot de voir là encore de rallumer cette fierté et de permettre à chacun d’ occuper sa place de respecter les sensibilités des croyants or de ne pas distinguer selon les origines ou de distribuer selon les quartiers la France a besoin de tous les chefs d’ entreprise plongée dans la mondialisation et qui se bat aussi pour nos couleurs jusqu’ aux jeunes de nos cités qui veulent réussir et qui ne demandent qu’à trouver leur place la France elle avance que si elle est mue par un projet collectif et je le dis ici le déclin n’ est pas notre destin le renouveau il passe aussi au delà de l’ économie par la démocratie et nous devons y trouver là aussi une plus grande cohésion exemplarité des comportements représentation de l’ ensemble de la société dans nos as du six au respect de la parité modernisation de la vie politique indépendance de la justice tout cela contribue à l’ adhésion des Français où devrait contribuer si ces réformes se font à l’ adhésion des Français à la république Lionel Jospin vient de loin par rapport à de plus alors et donc nous le traduiront avec la même célérité avec des consultations je les dois aux forces politiques sur ces grandes questions ses conclusions pour l’ essentiel je l’ ai fait mienne le cumul de mandats nous le ferons l’ introduction d’ une part de proportionnelle c’ était un engagement nous en discuterons avec les forces politiques la fin de l’ immunité du chef de l’ état tant en matière pénale que civile j’ en suis le premier engagé la création d’ une haute autorité de déontologie pour prévenir les conflits d’ intérêt c’ est devenue une obligation donc cette consultation aura lieu mais dès le début de l’ année prochaine un texte sera préparé par le gouvernement et pour une part se retrouvera dans une révision de la Constitution puisque nous y intégrons aussi la réforme du conseil supérieur de la magistrature indépendance de la justice oblige et les principes de la démocratie sociale et c’ est le sens aussi de l’ appel que je faisais pour eux la négociation et la responsabilité voilà ce que nous avons engagé depuis six mois le cap est fixé comme on l’ appelait la reconquête la reconquête de notre avenir et sera et sera celui de tout le quinquennat sans relâche membre ni recule et ma seule boussole l’ Europe c’ est la justice justice dans le partage des efforts de la répartition des revenus et dans l’ égal accès de tous au service public je crois en deux grandes vertus pour l’ action publique la vérité mieux vaut le dire elle se découvre toujours je la dois aux Français le redressement prendra du temps mais j’ en suis sûr notre pays a les moyens de conduire ce redressement pas avec succès mais la seconde vertu c’ est la clarté c’ est pour ça que je tenais à venir m’ expliquer devant vous et donc devant les Français pour dire que l’ engagement que j’ ai pris devant eux il y a maintenant plus de six mois sera respectée Je veux qu’ au terme de mon mandat les jeunes vive mieux dans cinq ans qu’ aujourd’hui et que notre pays est enfin repris confiance dans son destin et donc je reviendrai régulièrement sous cette forme de conférences de presse tous les six mois et autant de fois qu’ il sera nécessaire m’ en expliquer devant les Français je vais donc que vous donnez la parole selon eux un ordre qui n’ a pas été donnée et mais néanmoins commençant par les questions de politique nationale pour ensuite arriver aux questions de politique extérieure

 
Cette retranscription de la conférence du Président François Hollande a été générée automatiquement par notre système innovant, qui permet de transcrire sans effort et en toute simplicité le contenu d’un enregistrement audio ou vidéo.
 
Libre à vous de l’exploiter pour votre activité ! En savoir plus.
 
PS : Nous sommes une start-up française qui cherche à se faire connaître, n’hésitez pas à partager cette démonstration. 🙂 
 

Je teste Authôt gratuitement !

 

 

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Vous aimerez aussi
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez